Contact L'intro Le Site-connection bas debit La Newsletter-S'inscrire Voir les Newsletter Signez Le Livre d'Or
Guide en ligne Pour Recevoir le Guide Diffusion gratuite Télécharger le PDF
Les Videos Les Photos
Tarifs Guide Tarifs Internet Livraisons Contact
4 conseils beauté pour votre mariage Bar Mitsvah Bat Mitsvah Le Henne Le Miqveh Le Mariage La Ketoubbah Echet Hayil Pidyon Haben BrithMila La Nomination La Coupe de Cheveux l'Humilite Le grand Rabbin Le taleth Eretz Israel Le Kotel les tarifs des synagogues les Jours de mariage interdits

    

--      --

Par le Rabbin Jean LEVY

Ce terme désigne, dans le langage populaire, la cérémonie religieuse du mariage. Mais, comme nous le verrons par la suite, il représente en réalité une des étapes de cette cérémonie.

Afin de comprendre ce qu'est la cérémonie du mariage selon la halakha, il est essentiel de savoir que le mariage juif est composé de deux parties, les kidouchine (ou eirroussine) et les nissouïne qui, à l'époque de la guemara, avaient lieu à deux dates distinctes.

LES KIDOUCHINE
Les kidouchine sont réalisés de nos jours par l'acte du fiancé qui remet à sa fiancée
un objet, généralement une alliance, en lui disant devant témoins : haré at mekou-
déchèt li betabaat zo kedat moché veyisraël - tu m'es consacrée par cette bague selon la loi de Moché et d'Israël.
Dès qu'elle a accepté la bague, la fiancée est mekoudéchèt , c'est-à-dire réservée à
son mari. Elle a, dès ce moment, le statut de femme mariée -échèt ich-. Elle est
interdite à tout autre homme par ce mariage et, en cas de rupture, un guet -acte de divorce religieux- serait nécessaire pour permettre à cette femme de se remarier.
La femme mekoudéchèt est également interdite à son mari tant que les nissouïne, deuxième étape du mariage, n'ont pas eu lieu.
Il est bon de préciser que les kidouchine sont un " kinyane ", un engagement qui, pour être valable doit répondre à des critères halachiques très précis. Le kinyane implique d'abord l'intention de s'engager. Le fiancé exprime son engagement par la formule " Haré at mekoudéchèt… " qu'il prononce . La fiancée exprime son engagement par le fait d'accepter l'alliance qui lui est proposée dans l'attention du mariage.

LA VALIDITE DES TEMOINS
Le kinyane des kidouchine n'a de valeur que si cet engagement réciproque est pris devant deux témoins valides selon la halakha. Ce kinyane effectué sans témoin valables ou devant des témoins pessoulim -non valables- est nul..
Les conditions de valadité des témoins doivent répondre à deux critères :

-les témoins ne doivent pas être proches parents ni du 'hatan ni de la kalla, ni proches l'un par rapport à l'autre ;

-les témoins doivent vivre en conformité parfaite avec toutes les exigences de la halakha :
il est souhaitable que les témoins expriment leur volonté de faire techouva sincères pour toute faute qu'ils auraient pu commettre, avant le kinyane des kidouchine.

La vérification de la validité des témoins est de la responsabilité du rabbin qui organise la cérémonie. Il est fréquent de voir le rabbin choisir lui-même les témoins afin d'être certain de leur validité.
SUITE

Retour page d'accueil


Reproduction totale ou partielle interdite Copyright © SA.RA.NE 1992-2018


bijouteries a Paris  salons de receptions a Paris  Disc-Jockeys DJ a Paris  orchestres mariage a Paris Chanteuse Gueststar a Paris  dragees confiseries a Paris  Salons de coiffure pour mariage a Paris  robes de mariage a Paris locations de voiture VIP et mariage a Paris  Photos et Video pour mariage a Paris  traiteurs cacher a Paris  robes de mariee a Paris Agence de voyages sur Israel  Costume mariage   Mais. d'hôtes Israël   Articles religieux   Location Chalet de luxe   Location Plasma-Laser  





Signez le Livre d'Or

Infos Légales