Contact L'intro Le Site-connection bas debit La Newsletter-S'inscrire Voir les Newsletter Signez Le Livre d'Or
Guide en ligne Pour Recevoir le Guide Diffusion gratuite Télécharger le PDF
Les Videos Les Photos
Tarifs Guide Tarifs Internet Livraisons Contact
4 conseils beauté pour votre mariage Bar Mitsvah Bat Mitsvah Le Henne Le Miqveh Le Mariage La Ketoubbah Echet Hayil Pidyon Haben BrithMila La Nomination La Coupe de Cheveux l'Humilite Le grand Rabbin Le taleth Eretz Israel Le Kotel les tarifs des synagogues les Jours de mariage interdits

    

--      --

Jeune fille qui atteint la majorité religieuse, c’est-à-dire selon la loi juive l’âge de douze ans et un jour. Aucune disposition légale particulière n’astreint une fille à prendre part à une cérémonie religieuse pour marquer cette occasion. La loi juive relève simplement le fait que son père ne peut plus annuler ses vœux et qu’elle doit être tenue pour une femme indépendante, responsable de ses propres décisions.

C’est à Jacob Ettlinger, le grand rabbin néo-orthodoxe d’altona au milieu du XIXème siècle que l’on doit d’avoir conçu une cérémonie rituelle féminine équivalent à la Bar Mitzva mais non intégrée dans l’office synagogual.

Cette pratique s’est étendue à d’autres pays et à la fin du XIXème siècle, elle a été approuvée par un halakhiste séfarade de premier plan, Joseph Hayyim ben Eliyah al Hakam de Bagdad. Ses recommandations détaillées comprenaient la tenue d’un banquet et le port d’une robe nouvelle par la Bat Mitzva afin que la jeune fille puisse réciter la bénédiction Chehèhèyanou.

Un Principe Populaire

Mordecai Kaplan fut un pionner de la cérémonie de Bat Mitzva intégrée à l’office normal de la synagogue, aux Etats Unis, dans les années 1920. Depuis lors, son principe est devenu très populaire et est appliqué, de diverses manières par la plupart des communautés.

Dans les synagogues orthodoxes, la participation de la bat mitzva à l’office est plus limitée, bien qu’elle puisse également faire un discours ; elle sera toutefois appelée pendant la lecture de la Torah devant un minyan féminin et chantera même un passage de celle-ci accompagnée de la haftarah.Des opinions divergentes ont surgi dans les cercles orthodoxes américains sur la question de savoir si la cérémonie de Bat Mitzva devait avoir lieu lorsque la fille a douze ans.

Chez les Ashkenazimes

Les Achkenazes ultra-orthodoxes et la plupart des communautés séfarades orientales s’opposent à la célébration de la Bat Mitzva. Leurs arguments halakhiques sont cependant rejetés par des autorités comme Jehiel Jacob Weinberg qui justifie cette pratique sur une base éducative et socio–religieuse, arguant du fait que la Bat Mitzva est célébrée d’une manière qui " renforcera la conscience de la Torah ".
Hors des Etats-Unis, la cérémonie prend diverses formes : la norme réformée y est alignée sur celle des Etats Unis, mais les jeunes filles orthodoxes ne participent pas au rituel de la synagogue. Au lieu de quoi, lorsque le chabbat matin voulu est arrivé, le père de la bat mitsvah est appelée à la Torah et prononce la bénédiction Baroukh chè-petarani , sa fille prononce ensuite chèhèhèyanou et le rabbin fait un discours à son intention dans la synagogue ou au cours d’une réception de qiddouch après l’office.


© Mazal Tov

SUITE


Retour page d'accueil


Reproduction totale ou partielle interdite Copyright © SA.RA.NE 1992-2018


bijouteries a Paris  salons de receptions a Paris  Disc-Jockeys DJ a Paris  orchestres mariage a Paris Chanteuse Gueststar a Paris  dragees confiseries a Paris  Salons de coiffure pour mariage a Paris  robes de mariage a Paris locations de voiture VIP et mariage a Paris  Photos et Video pour mariage a Paris  traiteurs cacher a Paris  robes de mariee a Paris Agence de voyages sur Israel  Costume mariage   Mais. d'hôtes Israël   Articles religieux   Location Chalet de luxe   Location Plasma-Laser  





Signez le Livre d'Or

Infos Légales